Rome et son urbanisme

Aller en bas

Rome et son urbanisme

Message par Yoann [gp5] le Mar 15 Jan - 17:32

L’urbanisme de Rome de la mort de Jules César aux Sévères


Introduction : Tout comme son Empire depuis ses origines jusqu'à sa chute en la ville de Rome évolue et ne cesse de se développer. En effet, la ville impériale attire et elle voit donc sa population augmenter et par là même les problèmes que cela peut entraîner. Durant cette période de l’histoire, Rome est la seule ville de cette taille et la seule a posséder autant d’habitants. Son essor est tel que certains historiens dénombre jusqu’à un million d’habitants sous l’Empire. Ce nouveau régime politique fut mis en place avec l’avènement d’Auguste ( 27 av. J-C). Les documents qui nous sont présentés ici, sont un corpus de différentes cartes de la ville de Rome sous différentes périodes de l’histoire romaine. Dans la première, on peut observer la ville à la mort de César en 44 av J-C. La deuxième présente Rome sous la dynastie des Julio Claudiens qui débute en 27 av J-C avec le règne d’Auguste et ne se termine qu’en 68 ap J-C à la mort de Néron. Enfin le dernier plan de Rome, propose une vision de la ville pendant la dynastie des Sévères de 193 (avec le règne de Pertinax) à 235 ap J-C avec le règne de Sévère Alexandre. A travers ces trois documents, on peut remarquer que la surface de la ville a considérablement augmenté et l’on peut en déduire que l’urbanisme à du être un des enjeux principal des différentes dynasties qui se sont succédées durant le régime du principat. Cependant, toutes n’ont pas eu le même intérêt à améliorer la vie des citoyens de Rome et certaines réformes ont marquées la postérité plus que d’autres, notamment les réformes d’Auguste en 27 av J-C et 14 ap. J-C. L’urbanisme de Rome et les problèmes qu’il entraîne étant au cœur des tensions que doivent gérer les empereurs, on peut se demander : Comment Rome évolue d’une ville de taille moyenne à la mort de César à une mégapole à la fin des dynasties des Sévères, tout en gérant les difficultés liées à son urbanisme. Ainsi, nous étudierons dans un premier temps les problèmes que doit résoudre Rome quant à son urbanisme et l’œuvre de César. Puis dans une seconde partie, comment Auguste réforme le plan de Rome et enfin dans un dernier temps, la politique de continuité de ses réformes menée par ses successeurs.


I/ Rome en difficulté face à son urbanisme et l'œuvre de César

1) Eléments particuliers
Durant l’Antiquité, la ville de Rome doit faire face à de multiples difficultés que les dirigeants de la ville doivent s’efforcer à résoudre. Ainsi, on peut en retenir ici 3 principales : les incendies, les tremblements de terre et la superposition des bâtiments.

Les incendies sont effectivement une difficulté récurrente à Rome et la résolution de celui-ci est au cœur des préoccupations des dirigeants. Le véritable problème des incendies est d’une part la destruction de la ville mais aussi la gestion des débris de ceux-ci. Ainsi, quasiment aucun nettoyage n’était organiser et les débris laissé sur le sol encombraient la cité. La seule exception fut celle du grand incendie de 64 sous Néron après lequel il fut décidé que les débris remblaieraient les marais d’Ostie.

La seconde difficulté que l’on peut retenir est celle des tremblements de terre qui bien que moins fréquents que les incendies provoquent tout autant de dégâts. La gestion des ruines étant la même.

Enfin, on observe qu’il est d’usage à Rome de construire de nouveaux bâtiments sur les anciens. C’est de cette manière que les thermes de Caracalla furent construits sur les Horti Asiniani, ceux-ci étant eux même bâtis sur différentes constructions publiques tel que des temples ou des autels.
Cependant, il existe un autre type de difficultés plus lié aux problèmes techniques de l’urbanisme et qui sont visibles dès la fin de la République.

2)Problèmes sous la République

En effet, peu avant la chute de la République, Rome doit faire face à différentes complications techniques. L’augmentation constante de sa population entraîne une difficile gestion de l’eau ; les aqueducs étant peu développés, l’acheminement de l’eau jusqu’à la ville s’en retrouve pénible. Lié à ce problème, la gestion des eaux usées est également complexe puisqu’il n’existe aucun réseau organisé.

Dans un autre ordre d’idée, le domaine de la circulation dans la ville de Rome est touché par un encombrement, l’existence de routes et de ponts (seulement 3) étant quasi nulles. Aucune voie de communication pratique n'existe au cœur même de Rome entre le Forum et le Champs de Mars (les 2 centres politiques de la Rome Républicaine).

Enfin, tout ce qui est du ressort du bâtiment n’échappe pas aux difficultés. En effet, il reste de nombreuses constructions à réaliser pour améliorer la vie des citoyens de Rome comme par exemple une basilique, des cirques ainsi des logements.
C’est pourquoi lors de son arrivée au pouvoir, Jules César met en place de nombreux projets de réformes.

3) César et son œuvre
L’œuvre de César est vu aujourd’hui comme une véritable réforme de la ville romaine. Il avait en tête l’importance du rôle de Rome sur le plan international et voulait ainsi en faire une capitale digne de ce nom. C’est ainsi que de grands projets d’embellissement et d’équipement, pour la ville, ont été mis en place.
On peut retenir en particulier la loi de 45 av. J-C « De Vrbe Augenda » qui prévoit un agrandissement de la ville, un détournement du Tibre pour que l’écoulement des eaux soit plus rapide et enfin la construction d’un nouveau champs de Mars pour rendre habitable le premier et palier ainsi au manque de logement de la ville.
Malheureusement, il va mourir (44) sans avoir le temps de tout réaliser comme il l'aurait souhaité.

II/ Fin de la République et œuvre d'Auguste


1) Rome à la disparition de la République
Quand la République disparait, l'urbanisme de Rome a déjà 7 siècles d'existence. L’œuvre de César a permis de régler les problèmes cités précédemment, il en reste cependant deux importants : l'absence de méthode (pas de réel plan régulateur) et sa conformation propre.

La ville est, par conséquent, mal bâtie puisqu’il n'existe pas de réel réseaux de voie publique et la crise du logement reste persistante. Effectivement, le manque de logement se manifeste de plus en plus et aucune véritable construction n’est réaliser. La création de faubourgs est envisageable néanmoins les Romains de Rome étant peu marcheur et l’absence de transport rapide et économique rendent ce projet impossible.

Il existe un second problème auquel les dirigeants n’avaient pas forcément pensé, c’est l’encombrement du centre ville. En effet, la vie politique, judiciaire et quotidienne se passe dans le centre, dans l'espace du Forum et du Comitium. Le centre rassemble beaucoup trop de monde chaque jour et rien n'est prévu pour le désengorger.

2) L’Empire doit évoluer
Tous les problèmes évoqués précédemment n’auraient pas autant d’importance si la ville de Rome ne voyait pas sa démographie augmenté. En effet, la Pax Romana instituée dans l’Empire provoque un exil des provinces vers Rome qui devient peu à peu une ville surpeuplée. Cet essor est également dût à la désignation de Rome comme ville et donc résidence Impériale. Cette fonction assumée pendant trois siècles, provoque l’apparition de nouvelles exigences architecturales. Il faut ainsi construire des palais, des grands édifices mais également des casernes pour loger l’armée. On remarque peu à peu que le quartier du Palatin voit s’installer la résidence et les jardins de l’Empereur.

L’évolution de l’Empire va être favorisée par le règne d’Auguste dont les réformes urbaines à Rome restent dans la mémoire collective.

3) L'œuvre d'Auguste
A son arrivée au pouvoir, Auguste mène une politique de continuité des réformes de César. De cette manière il développe la construction de monument ou ensemble monumentaux commencer par celui-ci (La basilique Julia, La Curie Julia, Les Saepta Julia et le temple de Marcellus).
Par exemple, il réalise la construction d'un second forum, proche de celui de César et donc avec lui, il continu la réalisation de la liaison entre le Forum et le Champs de Mars qui ne fut pas une moindre mesure.
Mais il refuse de continuer le plan prévoyant de faire du Champs de Mars un espace locatif et la déviation du Tibre est elle aussi abandonnée. Auguste et les autres empereurs vont faire du Champs de Mars un quartier officiel comme le Capitole, le Forum et le Palatin.

Toutefois, l'œuvre d'Auguste ne fut pas seulement la continuité ou non des projets de son père adoptif mais aussi une œuvre propre à lui-même et notamment l'annexion des faubourgs et la division de la ville en 14.

Auguste conservent les 4 régions serviennes (Suburana, Palatina, Esquilina et Collina) qui ne servent plus de division administrative comme avant la réforme, ce sont désormais les 14 nouvelles régions qui possèdent cette fonction.
Le choix du chiffre 14 n’est pas anodin. C’est en effet l’héritage des 7 "montes" du Septimontium (Germal, Palatual, Velia, Cispius, Oppius, Fagutal et Subura) et les 7 collines de la Rome Républicaine (Palatin, Capitole, Quirinal, Viminal, Esquillin, Caelius et Aventin).



III/ La politique de continuité menée par les empereurs jusqu’aux Sévères.


1)Les projets d’urbanisme respectés

Après la mort d’Auguste, la succession a du mal à se mettre en place. En effet, Auguste n’ayant aucun héritier, c’est Tibère, son gendre, qui lui succède. Cependant, malgré la multiplication des complots et la difficile arrivée au pouvoir de la dynastie Julio Claudienne aucune suppression des grandes réformes urbaines prises par Auguste n’est proclamée. La nouvelle division administrative aidant à une meilleure gestion de la ville, aucun empereur n’est décidé à la remettre en cause.

Conclusion : On peut donc conclure en remarquant que les problèmes d’urbanisme dans l’Antiquité sont latents et permanents dans la Capitale Impériale. II est compréhensible qu’une telle concentration de population favorise le développement de problèmes sanitaires, urbains et sociaux. Les résolutions de ces difficultés demandent un effort considérable d’administration et de véritables réformes peu facilement réalisables à cette époque. Ainsi, malgré le fait que de grandes œuvres aient été réalisées, comme celle par exemple engagées par César ou celles appliquées sous Auguste pour améliorer la gestion et l’administration de la ville, celles-ci n’empêchent pas que Rome soit une ville constamment en difficulté et qui a du mal à gérer son essor rapide

Je précise que l'exposé n'est pas complet (j'ai perdu la partie 2) III! Il faut plus détaillé sur les Sévères qui ont quand même fait de grandes choses!

_________________


{HEELFOREVER}


InvitéN'oublies pas "les partiels sont à consommer avec modération!"
avatar
Yoann [gp5]
Admin

Masculin
Nombre de messages : 215
Localisation : Chalon/Dijon
Date d'inscription : 21/11/2007

http://lichistoiredijon.forumperso.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rome et son urbanisme

Message par acidvan [gpe 2] le Mer 16 Jan - 23:13

bah la vache, ton expose est parfait a cote du mien et celui de nana!!!
Je sens que tu va avoir une bonne note!!!
avatar
acidvan [gpe 2]

Féminin
Nombre de messages : 14
Localisation : entre sens et dijon
Date d'inscription : 05/12/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rome et son urbanisme

Message par azizhigher le Mar 5 Nov - 18:56

pouvez vous mettre les cartes géographiques s'il te plait ?

azizhigher

Nombre de messages : 1
Date d'inscription : 05/11/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rome et son urbanisme

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum