Sophocle

Aller en bas

Sophocle

Message par Ben le Lun 27 Oct - 20:45

Sophocle (Colone vers 496 – Athènes 406 av. J-C) poète tragique grec.

Eléments biographiques
Fils d'un riche armurier* de Colone (dème d'Athènes situé à environ 2 km de celle-ci), il a eu une éducation traditionnelle : gymnastique, musique et poésie.

La longue vie de Sophocle en fait un témoin de l'ensemble du Ve siècle : il meurt en effet en 406, peu de temps après Euripide dont il aura été le rival pendant près de cinquante ans. Durant toutes ces années, Sophocle mène une carrière brillante : il aurait en effet remporté dix-huit fois le premier prix et n'aurait jamais été classé dernier**. Mais sur les 123 pièces qu'il a écrites d'après la tradition, 7 seulement nous sont parvenues dans leur intégralité (Ajax, Antigone, Oedipe roi, Electre, les Trachiniennes, Philoctète, Oedipe à Colone ; aussi les fragments d'un drame satirique les Limiers). Petite anecdote, Sophocle aurait renoncé à jouer ses œuvres à cause de la faiblesse de sa voie.

Ce poète fameux, placé à part par Aristophane dans ses Grenouilles (il lui rend hommage dans cette pièce), se démarque aussi de ses rivaux, du moins d'après les renseignements que nous possédons, par son importante activité publique. Sophocle en effet n'est pas seulement un témoin de la prospérité d'Athènes, puis de la crise de la cité, il est aussi un acteur de la vie politique et occupe des charges importantes. En 443-442, il devient héllenotame, c'est-à-dire trésorier qui participe à la gestion de trésor de la ligue de Délos. Par deux fois il est élu stratège (chef de l'armée ; Sophocle occupe de nouveau cette fonction entre 426 et 423) et participe, à ce titre, avec Périclès à l'expédition contre Samos en 440. Sa grande piété lui vaut, lors de l'installation à Athènes du culte d'Asclépios (dieu de la Santé et de la Médecine), d'accueillir chez lui la divinité pendant une nuit, conformément au rite. Enfin, à la fin de sa vie, en 413, à un moment où Athènes est prodigieusement affaiblie, il est nommé proboulos, un des dix membres du comité de salut public alors constitué (pour prendre les mesures d'urgence après le désastre de l'expédition de Sicile de 415-413).

Sophocle apparaît donc comme un citoyen parfaitement intégré à la cité. Il était, en outre, introduit dans les milieux les plus en vue, présenté comme un convive modèle, aimé de tous.

Les caractéristiques de l'oeuvre
Sophocle a eu une intervention décisive dans l'évolution de la tragédie grecque et même du théâtre en général. En effet, sa technique dramatique, se distingue de celle de son prédécesseur Eschyle par deux innovations importantes : le développement du dialogue (qui se manifeste par un accroissement des parties dialoguées) et l'abandon de la trilogie liée (trois épisodes du même mythe) pour la tragédie libre (chaque drame est autonome).

Sophocle a aussi ajouté un troisième acteur et porté de 12 à 15 le nombre des choreutes (acteurs du choeur). Il a resserré l'intrigue, enrichit l'action et précipité l'évolution du tragique. Dans ses pièces, le choeur est un personnage comme un autre (il a aussi un caractère spécial de commentateur de l'action).

Chez Sophocle, la tragédie est l'expression d'un conflit, d'une mise en question de la cité par elle-même. Ainsi, la dimension psychologique s'amplifie (le débat prend le pas sur le lyrique).

Toutes les tragédies de Sophocle (Les Trachiniennes excepté), portent le nom du personnage principal. Ce n'est pas un hasard : cet auteur semble bien être l'inventeur du héros tragique (celui dont la volonté et les souffrances forment le noeud de la pièce).

C'est ainsi que se dégage, dans chacune de ses pièces, un héros souvent voué à une solitude morale, dont la volonté défie tout ceux qui l'entourent. C'est ce héros isolé, abandonné parfois, dans un univers adverse, qui condense donc en lui toute la force tragique de la pièce. Sa volonté infaillible, son caractère peu commun, le font se concentrer résolument et essentiellement sur l'accomplissement de son entreprise, sans se préoccuper des autres personnages.

Cette concentration sur le héros tragique comme individu engagé dans une lutte solitaire face à son destin est en rapport avec l'organisation globale des tragédies qui se suffisent à elles-mêmes. Sophocle ne pratique pas comme Eschyle la trilogie liée, car ses héros ne sont responsables que d'eux-mêmes et ne se rattachent pas à une histoire. La tragédie des héros sophocléens ne tient pas à l'accumulation des malheurs d'une lignée, mais se joue sur un instant critique de la vie d'un homme particulier.

Mais le héros n'en reste pas moins démuni face aux événements qu'il ne comprend pas et qu'il subit malgré lui. La volonté des dieux s'accomplit en effet mais, leur action suit des voies que l'homme ne peut connaître. Elle ne double pas l'action des hommes comme on le voit dans l'épopée ou encore chez Eschyle. Elle ne l'annule pas non plus (rien ne serait plus faux que d'imaginer l'homme sophocléen comme une victime passive, simple jouet des dieux) mais les dieux interviennent à un niveau plus élevé, garantissant un ordre ou un équilibre du monde dont on ne peut douter, mais dont les règles échappent aux hommes.

Les dieux, sont ainsi plus lointains des personnages et ne sont plus compris. Les oracles ne servent qu'à égarer davantage celui qui était déjà perdu : leur compréhension n'échappe pas vraiment aux hommes, mais elle n'est obtenue de manière claire et définitive qu'après la réalisation des événements qu'ils annoncent, c'est-à-dire lorsqu'il est déjà trop tard.

Si l'héroïsme sophocléen propose la plus haute image de la grandeur de l'homme, l'ironie souligne cruellement ses faiblesses, et les limites inhérentes à la condition humaine : victime de son ignorance et de son aveuglement, l'homme s'efforce d'agir au mieux, et son action le mène à sa perte ; quand il comprend, il est trop tard.

On peut voir que les tragédies de Sophocle donnent ainsi de l'homme une image où les contraires se rejoignent : sa condition le condamne à l'ignorance et à l'impuissance, mais sa volonté et sa force morale assurent sa noblesse et sa grandeur. Le héros peut marcher en aveugle, il peut être écrasé par un destin qu'il n'a pas su comprendre ni contrôler, mais il lui reste assez de liberté et de courage pour l'assumer pleinement, et choisir la voie qui lui donnera, fût-ce aux prix de sa vie, la gloire la plus haute.

Notes
* Son père, Sophillos, était un homme riche qui possédait des ateliers de métallurgie et fabriquait peut-être des armes (mais il n'était pas forgeron !).

** D'après la tradition, Sophocle aurait participé pour la première fois à un concours dramatique en 468 et aurait remporté le premier prix face à Eschyle.

[sources citées dans la biblio de l'exposé sur Oedipe à Colone]

Ben
Modérateur
Modérateur

Masculin
Nombre de messages : 209
Date d'inscription : 27/11/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sophocle

Message par Sid le Jeu 30 Oct - 18:47

Merci !
avatar
Sid
Modérateur
Modérateur

Masculin
Nombre de messages : 163
Localisation : Dijon
Date d'inscription : 04/12/2007

http://critiquesdumonde.blogs.nouvelobs.com/

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum